L’Or du Rhin

Acheter des billets
Avril 2020
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di

Argument

 

Scène 1

Au fond du Rhin.
Trois ondines, les filles du Rhin, Woglinde, Wellgunde et Flosshilde nagent dans le Rhin. Les deux premières s'amusant à se poursuivre avec insouciance, leur sœur les rappelle à l'ordre : elles ont mission de garder l'or du Rhin, et elles s'en acquittent bien mal. Alberich, un nain de Nibelheim, apparaît soudain des profondeurs de la terre et essaye de leur faire la cour. Frappées par sa laideur, les filles du Rhin se moquent de ses avances, ce qui désespère le nain. Il remarque un éclat doré qui provient d'un proche rocher, et leur demande ce que c'est. Les ondines lui disent que c'est l'or du Rhin, que leur père leur a dit de garder ; seul celui qui renonce à l'amour peut forger l'or en un anneau qui donnera à son porteur « der Welt Erbe », « la richesse du monde ». Elles pensent n'avoir rien à craindre de ce nain lubrique, estimant que cet être est en constante recherche de l'amour comme le prouvent ses avances. Mais elles confondent amour et désir sexuel ; Alberich, aigri par leurs moqueries, maudit l'amour et s'empare de l'or, jurant de forger « l'anneau vengeur ».

 

Scène 2

Wotan, souverain des dieux germaniques (Odin dans la mythologie scandinave), est endormi au sommet d'une montagne avec Fricka, sa femme (Frigga dans le panthéon scandinave). Celle-ci se réveille et voit un magnifique château derrière eux. Elle réveille Wotan et lui montre que leur nouvelle demeure a été terminée. Les deux derniers représentants de la race des Géants, les frères Fasolt et Fafner, ont construit le château pour Wotan. En échange Wotan leur a promis Freia, la déesse de la jeunesse, grâce à laquelle Fasolt et Fafner espèrent redonner vie et puissance à leur race, car Freia, déesse de la fécondité, cultive des pommes d'or qui confèrent jeunesse et vie éternelles à qui les consomment. Fricka est inquiète pour sa sœur, mais Wotan est convaincu qu'ils n'auront pas à donner Freia, car il a envoyé Loge courir le monde pour trouver un paiement de substitution.

Freia entre, terrifiée, suivie des géants Fasolt et Fafner. Fasolt demande le salaire du travail achevé. Il met en évidence le fait que le règne de Wotan est fondé sur les runes des traités gravés sur sa lance. Wotan doit respecter les traités sans quoi les Géants ne reconnaîtront plus son pouvoir. Donner, dieu du tonnerre et des orages (le Thor de la mythologie scandinave), et Froh, le dieu du printemps, arrivent pour défendre leur sœur, mais Wotan les arrête : ils ne peuvent contraindre les Géants par la force. Comme l'a bien démontré Fasolt, le pacte qui livre Freia est inscrit sur sa lance, il a donc force de loi édictée par Wotan lui-même, qui ne peut se parjurer.

Au grand soulagement de Wotan, Loge, le dieu du feu (Locki dans la mythologie scandinave), fait son enfin son entrée ; Wotan a placé tous ses espoirs dans le fait que Loge puisse trouver un moyen rusé de tourner l'affaire à son avantage. Loge leur dit qu'Alberich, le nain, a volé l'or du Rhin et en a fait un puissant anneau magique qui permet à son possesseur de dominer le monde. Wotan, Fricka et les géants commencent tous à convoiter l'anneau, mais comment l'obtenir ? Par le vol, dit Loge, voler un voleur n'est pas du vol ! Fafner exige tout l'or des Nibelungen pour renoncer à Freia. Les géants s'en vont, emmenant avec eux Freia en otage.

Or les pommes d'or de Freia avaient gardé les dieux éternellement jeunes. Privés de ces fruits de jouvence, ils commencent à vieillir et s'affaiblir. Pour regagner la liberté de Freia et la jeunesse perdue Wotan est forcé de suivre Loge sous terre, à la poursuite de l'anneau.

 

Scène 3

À Nibelheim, Alberich a asservi le reste des nains et contraint son frère Mime — un habile forgeron — à créer un heaume magique : le Tarnhelm. Alberich démontre le pouvoir du Tarnhelm en se rendant invisible, pour mieux tourmenter ses sujets.

Wotan et Loge arrivent et rencontrent Mime, qui leur parle alors de l'anneau d'Alberich et de la misère que connait Nibelheim sous sa domination. Alberich revient, conduisant ses esclaves qui empilent un énorme monticule d'or. Quand ils ont terminé, il les chasse et tourne son attention vers ses deux visiteurs.

C'est alors qu'il se vante de ses plans pour dominer le monde. Loge le piège en lui demandant de prouver la magie du Tarnhelm. Il le défie de se transformer d'abord en dragon, puis en crapaud. Les deux dieux s'emparent alors de lui et le remontent à la surface.

 

Scène 4

Au sommet de la montagne, Wotan et Loge forcent Alberich à échanger sa richesse contre sa liberté. Main droite détachée, Alberich porte l'anneau à sa bouche et, utilisant les runes qui y sont gravées, murmure un ordre en secret. À l'appel de l'anneau, les nains asservis remontent le trésor à la surface avant de s'enfuir épouvantés sous la menace d'Alberich humilié. Après que l'or a été livré, Alberich demande qu'on lui rende le Tarnhelm, mais Loge affirme que c'est une partie de sa rançon. Alors qu'Alberich se croit enfin quitte, Wotan exige l'anneau. Alberich refuse et récuse violemment les arguments que Wotan avance pour s'octroyer l'anneau. À court d'arguments, Wotan utilise alors la violence, arrachant l'anneau du doigt d'Alberich pour le mettre au sien. Enfin libre mais anéanti, Alberich maudit l'anneau : celui qui ne l'a pas dépérira de désir et celui qui le possède attirera à lui l'assassin. « Le seigneur de l'anneau sera l'esclave de l'anneau ! » prophétise t-il, avant de regagner son ténébreux royaume.

Wotan n'a que mépris pour les paroles d'Alberich. Fricka, Donner et Froh arrivent. Wotan et Loge leur montrent l'or qui va servir à racheter Freia. Fasolt et Fafner reviennent, gardant Freia. Réticent à relâcher Freia, Fasolt déclare qu'il doit y avoir assez d'or pour la cacher à ses yeux. Les dieux entassent l'or devant Freia, mais Fasolt découvre un interstice par lequel il peut voir le regard de la déesse. Il exige que l'interstice soit comblé par l'anneau, qui est tout ce qui reste du trésor. Wotan refuse catégoriquement et les géants se préparent à emmener Freia pour toujours.

Soudainement, Erda, la déesse de la terre, surgit du sol. Elle prévient Wotan du déclin imminent des dieux et l'exhorte à fuir la malédiction en jetant l'anneau. Troublé, Wotan cède l'anneau et libère Freia. Les géants commencent à se partager le trésor, mais ils se disputent au sujet de l'anneau. Fafner tue Fasolt et s'enfuit avec le butin. Wotan, horrifié, prend alors conscience de la force de la malédiction d'Alberich.

Angoissé, Wotan voudrait poursuivre Erda pour en apprendre plus mais Fricka l'incite à prendre possession du château qui attend son maître. Donner invoque un orage pour chasser les nuées qui obscurcissent le ciel. Après la tempête, Froh crée un pont arc-en-ciel qui s'étire jusqu'aux portes du château et qui doit permettre aux dieux, sous la conduite de Wotan, de gagner leur nouvelle demeure. Reprenant courage, Wotan baptise le château « Walhalla » (Le château des guerriers). Fricka le questionne au sujet de ce nom, et il lui répond que sa signification sera révélée plus tard. En aparté, Loge l'affirme : les dieux, si sûrs d'eux-mêmes, courent à leur perte. Il se refuse à partager leur sort et envisage de reprendre la forme des « dansantes flammes », pour, qui sait, tous les consumer un jour... Soudain, une plainte arrive aux oreilles de Wotan. Ce sont les filles du Rhin qui pleurent l'or perdu. Irrité, Wotan ordonne à Loge de les faire taire, et entraîne les dieux, sauf Loge qui reste à part, dans la demeure qu'il a payée d'un salaire maudit. Les dernières paroles, avant la péroraison finale, reviennent toutefois aux filles du Rhin :

Traulich und Treu
ist's nur in der Tiefe :
falsch und feig ist,
was dort oben sich freut !

Programme et distribution

Équipe artistique

 

Musique : Richard Wagner

Livret : Richard Wagner

Direction musicale : Philippe Jordan

Mise en scène : Calixto Bieito

Décors : Rebecca Ringst

Costumes : Ingo Krügler

Lumières : Michael Bauer

Vidéo : Sarah Derendinger

Dramaturgie : Bettina Auer

 

Distribution

 

Wotan : Iain Paterson

Donner : Lauri Vasar

Froh : Matthew Newlin

Loge : Norbert Ernst

Alberich : Jochen Schmeckenbecher

Mime : Gerhard Siegel

Fasolt : Wilhelm Schwinghammer

Fafner : Dimitry Ivashchenko

Fricka : Ekaterina Gubanova

Freia : Anna Gabler

Erda : Wiebke Lehmkuhl

Woglinde : Tamara Banjesevic

Wellgunde : Megan Marino

Flosshilde : Claudia Huckle

Opéra national de Paris - Opéra Bastille

Opéra Bastille

Un grand théâtre moderne
L'Opéra Bastille est l'œuvre de la Société canadienne-uruguayen architecte Carlos Ott, qui a été choisi en Novembre 1983 après une compétition internationale qui a attiré quelque 1.700 entrées du architectes. Le théâtre a été inauguré le 13 Juillet 1989.
Son architecture est marquée par la transparence des façades et par l'utilisation de matériaux identiques pour les deux intérieurs et les extérieurs.
Avec ses 2700 places acoustiquement homogènes et de ses équipements de scène uniques, ses paysages intégré, des ateliers de costumes et d'accessoires, ainsi que ses aires de travail et de nombreuses salles de répétition, l'Opéra Bastille est un grand théâtre moderne.

Équipements de scène

Fosse d'orchestre, mobile et réglable, peut être couverte; à son maximum il peut accueillir 130 musiciens
Scène principale, à 45 m de haut, 30 m de large, 25 m de profondeur, composé de 9 ascenseurs permettant plusieurs niveaux pour être créé et soutenu par trois ascenseurs principaux, qui apportent un paysage de bas en haut stade
Zones de compensation, 4 zones de stockage avec les mêmes dimensions que la scène
Coulisses, avec son plateau décor
Zone de circulation, des paysages stockés temporairement entre la scène, des ateliers et scène de répétition
Scène de répétition, la Salle Gounod, avec sa fosse d'orchestre et dimensions identiques à celles de l'étage principal


Le bâtiment

Superficie au sol: 22.000 m²t
Avec ses 2700 places acoustiquement homogè


Superficie: 160.000 m²
Hauteur totale: 80 m (dont 30 m sous le niveau de la rue)


Les auditoriums
L'auditorium principal


Surface: 1.200 m², 5% du total de la construction

Événements associés
Concerts d´église
Paris - Eglise Saint-Ephrem
Prochaine performance: Ve 14 Fév 2020, -
Concerts d´église
Paris - Eglise Saint-Ephrem
Prochaine performance: Ve 07 Fév 2020, 07-20:00
Concerts d´église
Paris - Église de la Madeleine
Prochaine performance: Sa 22 Fév 2020,
Concerts d´église
Paris - Eglise Saint-Ephrem
Prochaine performance: Di 26 Jan 2020, 07-20:00
Concerts d´église
Paris - Église de la Madeleine
Prochaine performance: Ve 31 Jan 2020, 07-20:00
Concerts d´église
Paris - Eglise Saint-Ephrem
Prochaine performance: Ma 04 Fév 2020, 07-20:00